28 Mai

Comment faire baisser les charges de copropriété pour votre appartement à Caluire-et-Cuire ?

Connaissez-vous la loi Labbé qui interdit l’usage de produits phytosanitaires comme le glyphosate et qui a pris effet le 1er janvier 2019 pour les particuliers, donc pour les copropriétaires ? Si vous êtes propriétaire d’un appartement à Caluire-et-Cuire, l’entretien des espaces verts de la copropriété vous coûtera plus cher cette année. L’interdiction d’utilisation des pesticides, tels que les produits phytosanitaires, présente dans la loi Labbé, devrait engendrer une augmentation supplémentaire.

Rassurez-vous : tout n’est pas perdu. Il y a des astuces. La société MeilleureCopro vous donne des conseils afin de maîtriser au mieux les charges dans ce nouveau cadre réglementaire. La 1re solution est évidemment de veiller à remettre régulièrement en concurrence vos contrats d’entretien d’espaces verts dans votre copropriété afin que les coûts n’explosent pas. L’autre solution est d’aménager différemment ces espaces verts coûteux !

« Il faut privilégier les plantes vivaces qui se renouvellent d’elles-mêmes et qui ne nécessitent pas autant d’efforts et de coûts d’entretien que celles à replanter annuellement, analyse Edouard-Jean Clouet, Président de MeilleureCopro. L’utilisation de paillage au pied des arbres et des massifs permet de maintenir la terre à une humidité constante, évitant ainsi la repousse d’herbes invasives. De plus, ce paillage se décompose en 2-3 ans et enrichit la terre comme un tapis de feuilles en forêt.»

Le maintien des espaces verts nécessitera le double voire le triple en matière d’efforts, puisque les méthodes de substitution au glyphosate s’appuient principalement sur le travail manuel, comme le désherbage à la main. On peut aussi opter pour un jardin à l’anglaise, avec un agencement et des formes irrégulières. Le coût de la main-d’œuvre est ici beaucoup moins élevé !

À l’opposé du jardin à la française aussi bien esthétiquement que symboliquement, le jardin à l’anglaise est une option respectueuse de l’environnement et du portefeuille, puisqu’il permet d’espacer les fréquences de passage et de laisser le rythme naturel prendre le dessus.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée